Une compétition nationale et internationale contre-productive

mercredi 25 juin 2008, par CGT.ST-STE

La recherche avance par le partage des connaissances entre chercheurs, entre organismes, pour aller toujours plus loin dans la connaissance. Dans ce contexte, la compétition peut créer une saine
émulation qui dope la créativité des équipes.

Malheureusement, la stratégie européenne de la recherche oriente fortement la recherche vers l’industrie qui protège ses innovations et limite donc la diffusion des connaissances. Les organismes de recherche deviennent alors concurrents au niveau local comme au niveau international. Le partage de connaissances n’existe plus avec pour conséquence une perte d’efficacité du système de recherche européen. Pour éviter cet écueil, l’Europe favorise les projets collaboratifs, mais ceux-ci n’arrivent pas à compenser les effets négatifs de la compétition engendrée par la sphère économique.

La CGT appelle à des politiques communes de recherche, à des programmes d’échange et de coopération entre les établissements d’enseignement supérieur, à des programmes de recherche et développement concertés entre la recherche publique et l’activité d’innovation des entreprises.

A l’inverse des politiques menées actuellement, l’Etat et l’Europe doivent s’affranchir des stratégies de guerre économique menées par les groupes industriels, affirmer une vision à long terme et une volonté de répondre aux défis sociaux et environnementaux de demain. De grands projets structurants doivent être décidés, avec des financements pérennes, et un mode de fonctionnement collaboratif à l’échelle
européenne.

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0