Rubrique : Culture
 
Articles de la rubrique
11 février 2009
auteur CGT.ST-STE
50 ans d’histoire de l’industrie des semiconducteurs dans l’Isère. Projet des CE de Grenoble et Crolles
Présentation du projet L’entreprise STMicroelectronics implantée sur Grenoble et Crolles est, à ce jour, l’aboutissement de plus de 50 années d’histoire des semi-conducteurs dans le bassin grenoblois. Ce sont des milliers de salariés qui ont vécu et vivent grâce aux « puces » conçues et fabriquées en Rhône-Alpes. Chacun d’entre eux est porteur d’un fragment de cette histoire et bon nombre sont en passe, si ce n’est déjà fait, de quitter ce qui est devenu une multinationale de renommée internationale. (...)

lire la suite

NOUVEAU SITE CGT-STMICROELECTRONICS
13 décembre 2013

NOUVEAU ! NOUVEAU ! NOUVEAU !

Privatisation de ST en Italie ? Danger !
26 novembre 2013

Le gouvernement italien a annoncé jeudi 21 novembre son intention de céder un certain nombre de participations détenues dans diverses entreprises, dont STMicroelectronics.
 

L’objectif serait De « diminuer la dette ». Sur le plan global l’absurdité de cette mesure apparaît quand on sait que ces privatisations correspondent à environ 0,3% du PIB italien alors que la dette s’élève à 133% de ce PIB.Sur les 2000 milliards € de dette publique, 700 sont détenues par des fonds spéculatifs, 100 Md € sont detenues par la Banque Centrale Européenne, 50 Mds pour les banques françaises et 40 Mds pour les banques allemandes. En fait, l’Etat Italien compromet un peu plus son secteur industriel pour pouvoir rembourser les banques et les fonds d’investissements, qui sont les responsables de la crise actuelle !

Cette mesure aurait de graves conséquences pour STMicroelectronics car la vente de la part italienne détruirait le pacte d’actionnaires en vigueur entre l’Etat italien et l’Etat français, pacte qui protège notamment l’entreprise contre des OPA. Elle accentuerait les risques d’éclatement et de repli vers une stratégie de niche de STMicroelectronics. Avec toutes les conséquences probables sur l’emploi.
 
Cette éventuelle sortie de l’Etat italien irait complètement à contre sens des discours tenus en mai 2013 par la commission européenne, discours prétendant redévelopper la micro-électronique en Europe. En Italie, plusieurs réactions syndicales et politiques se sont produites face à cette annonce, qui nie toute politique industrielle.

Nous espérons que le gouvernement italien n’ira pas jusqu’au bout de cette annonce de retrait.
Mais il est clair que le fait même qu’on puisse faire de telles annonces montre la dangerosité des politiques d’austérité basées sur l’impératif de la « réduction de la dette ». 
 
La micro-électronique est l’industrie de base des nouvelles technologies et l’Europe y a pris un retard énorme. La CGT estime qu’il faut au contraire renforcer la présence et la coopération des Etats dans ST, et renforcer le soutien public, des Etats et de l’Europe, à la micro-électronique. En reprenant les investissements industriels et les embauches et en revenant dans les principaux secteurs de cette industrie, dont beaucoup ne sont plus - ou peu- couverts en Europe.
 
La CGT, à l’unisson des syndicats italiens, souhaite le maintien de la participation paritaire des Etats. Mais si l’Etat italien faisait le choix négatif d’un retrait, la CGT demande au gouvernement Français de reprendre les parts qui seraient cédées pour que soit conservé un actionnariat étatique suffisamment fort

NANO 2017 : CONTRADICTIONS
19 juillet 2013

« NANO 2017 » COMMUNIQUE CGT ST & SOITEC
 « Nano 2017 » comporte un programme de dépenses sur 5 ans, avec une part de subventions publiques (Etat et Europe principalement). Le projet inclut l’extension progressive de Crolles-300.

Compte-tenu de l’importance de la micro-électronique pour l’ensemble de l’industrie moderne et des retombées sur l’emploi, la CGT juge positive la poursuite des investissements publics dans ce domaine.  

Par contre :

  • Ces investissements sont très insuffisants vu le retard pris par l’Europe et la France, il faudrait un programme de type Airbus ou Ariane pour redresser la situation
  • La forme prise par ces investissements (subventions au lieu d’apport au capital des entreprises) laisse les entreprises libres de mener des politiques contraires au but recherché, en faisant la part belle aux intérêts privés.

Un exemple simple en est le maintien du versement de dividendes élevés par STMicroelectronics alors que des subventions publiques sont versées et que tout l’argent devrait servir à investir.

Pire l’abandon par STMicroelectronics du cœur de la téléphonie mobile (suite à l’arrêt de STEricsson) fragilise tout son secteur « numérique », « digital ». Tourner le dos aux grands marchés de masse les plus en pointe technologiquement limite considérablement les ambitions industrielles et les créations d’emplois. La nouvelle technologie FDSOI issue du travail collaboratif de ST, du CEA et de Soitec est une opportunité de rentrer sur ces marchés de masse. Encore faut-il passer des démonstrateurs prometteurs à la production. Ce que ne permet pas la stratégie actuelle de ST.

La volonté du PDG de ST de réduire avant tout les dépenses et de réduire les investissements industriels va dans le même sens négatif. Un repli économique majeur entraînant des milliers de licenciements.
Ces licenciements ont commencé hors France et Italie. Ottawa, Bristol, Genève… sont les premiers sites ST touchés ou fermés. Des centaines de vies bouleversées. Des compétences détruites qui fragilisent les sites restants, comme on le voit avec la fermeture de Bristol. Même en France, cette stratégie menace l’emploi à terme dans certaines zones, comme Rousset en Provence. L’avenir de Tours reste peu clair.

 « Nano 2012 » n’a déjà pas tenu ses objectifs de création d’emplois (une centaine d’emplois créés contre 660 prévus). Pour Nano 2017, le problème va t’il être « résolu » par l’absence d’engagements ? La direction explique qu’elle a eu la correction de reprendre en France les salariés de ST-Ericsson. Mais c’est elle qui a pris la décision d’arrêter ST-Ericsson ! Et 1700 salariés STE viennent de perdre leur place, dans le monde.

La CGT demande aux pouvoirs publics d’impulser à STMicroelectronics un changement de direction et surtout de stratégie. Il faut une stratégie de redéveloppement dans tous les grands domaines de la microélectronique (multimédia, mémoire, microprocesseurs etc…).

Concernant Soitec, au vu des échéances à court-terme (choix des technos par les clients potentiels), la situation actuelle de Soitec (réduction d’effectif, chômage partiel, refinancement de sa dette suite aux très lourds investissements dans le solaire) est inquiétante et nécessite un soutien actif de l’Etat. Les conséquences sociales d’un échec du FDSOI seraient très lourdes sur tout le bassin d’emploi.

Notre industrie doit servir l’emploi et les grands besoins de la population. Elle doit être compatible avec le respect de l’environnement et se traduire par un progrès social pour les employés. 19/7/2013   

Face aux urgences sociales
Rompre avec l’austérité
17 mai 2013
Un président en décalage avec les aspirations des salariés http://mm1.cgt.fr/cgt/T.L_Sur_la_conf_deHollande7052013.flv
PDF - 204.2 ko
Tract pdf
Quelle avenir pour la microélectronique ?
29 avril 2013
Grenoble : Réunion publique
26 mars 2013

Quel avenir pour la filière microélectronique ?

Mardi 9 avril 2013 à 19h

À l’amphithéâtre de la Maison du tourisme de Grenoble

Avec la participation de la CGT-métallurgie, de la FIOM-CGIL (fédération métallurgie de la CGIL d’Italie) et de l’Union Départementale CGT de l’Isère.

ACTION MINATEC
pour le sommet européen sur les technologies clés
7 février 2013

Distribution d’un tract pour sensibiliser la population du quartier Europole sur les menaces qui pèsent sur l’emploi dans les hautes technologies.

Article associés :

ACTION LE 07 FEVRIER à MINATEC
Microélectronique Non au renoncement productif !

Voir aussi


Article de France3 Alpes

Interview France3 du délégué central CGT IMG/flv/France3_minatec7fev13.flv
Les pouvoirs publics une nouvelle fois interpellés
30 janvier 2013

TOUJOURS SUR LA QUESTION DE L’EMPLOI ET DE L’AVENIR DE LA FILIÈRE TÉLÉPHONIE MOBILE A GRENOBLE

une cinquantaine de salariés sont venus manifester devant la préfecture, puis se sont rendus au siège de madame Fioraso. La manifestation s’est achevée à la marie de Grenoble.

Article Alpes.France3

MICROELECTRONIQUE : Une délégation CGT reçue à la préfecture de l’Isère
23 janvier 2013

Des représentants des syndicats CGT de STMicroelectronics de Grenoble et Crolles, de ST-Ericsson Grenoble et SOITEC Bernin sont reçus aujourd’hui à la Préfecture de l’Isère afin d’évoquer les problèmes d’emploi et l’avenir du secteur de la microélectronique.

Accord national interprofessionnel du 11 janvier
Une grave régression des droits sociaux
15 janvier 2013


Communiqué du Bureau confédéral de la CGT

Le Bureau confédéral de la CGT confirme l’avis négatif de la délégation CGT sur l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 qui modifierait profondément le Code du Travail.
Ce texte marque une grave régression des droits sociaux des salariés et va a contrario des objectifs fixés par la « Grande Conférence sociale » et celle de la « lutte contre la pauvreté ». Il contient de multiples dispositions pour faciliter les licenciements et accentuer la flexibilité.

Le chantage à l’emploi est généralisé par des accords permettant la baisse des salaires et l’augmentation du temps de travail, ce sont les accords de « compétitivité/emploi » voulus par Nicolas SARKOZY.
La thèse du MEDEF est le principal fil conducteur de cet accord : « les licenciements d’aujourd’hui feront les emplois de demain ».

Il serait inconcevable que la majorité parlementaire et le Gouvernement, issus des élections de mai 2012, entérinent dans la loi les reculs sociaux dictés par le MEDEF.
Le Gouvernement, qui se dit attaché au Dialogue social, doit prendre en compte le rejet de cet accord par les syndicats représentant bien plus de salariés que les syndicats potentiellement signataires.
La CGT attend du gouvernement un projet de loi d’une toute autre nature, qui protège les salariés contre les licenciements et la précarité.

La CGT va amplifier sa campagne d’information par l’édition d’un journal tiré à deux millions d’exemplaires à destination des salariés pour favoriser leur mobilisation dans les semaines à venir.
Montreuil, le 14 janvier 2013

SPIP | | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0